Logiciel Gestion CMEQBSDQHydro Québec1.	Programme Fibre à la maison de BellFacebookTwitterYouTube
 

26-02-2015

Communiqué

Élection du comité exécutif de l'AECQ pour 2015

AECQ

Lors de son assemblée tenue le 3 février dernier, le conseil d’administration de l’Association des entrepreneurs en construction du Québec (AECQ) a procédé à l’élection des officiers au sein de son comité exécutif pour l’année 2015.

M. Alain Jacques, président de Construction Jacques (1977) Inc., a été réélu à la présidence de l’Association.

Outre M. Jacques, le comité exécutif est composé des officiers suivants, soit M. Jean Pouliot (Produits métalliques PMI), vice-président; M. Claude Riendeau (E.C.E. Électrique Inc.), trésorier; M. Alain Robert (Groupe TNT Inc.), secrétaire ainsi que MM. Daniel Carré (D.N.S.G. Électrique Inc.) et Miguel Primeau (Roger Déziel Inc.) à titre de directeurs.

Œuvrant dans la construction depuis 26 ans, M. Jacques est avantageusement connu dans le secteur résidentiel ayant occupé différentes fonctions au sein de l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ). Il s’est joint au conseil d’administration de l’APCHQ – région de Québec en 1998 et a occupé le poste de président de 2006 à 2008. À compter de 2002, il a également siégé au comité exécutif de l’APCHQ provincial et a accédé à la présidence en 2008-2009. Il est membre du conseil d’administration de l’AECQ depuis 2012 et a occupé le poste de secrétaire en 2013.

L’AECQ regroupe la totalité des employeurs de la construction du Québec assujettis à la Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d'œuvre dans l’industrie de la construction. Elle est l’agent patronal unique pour la négociation des clauses communes aux quatre (4) conventions collectives sectorielles de l’industrie de la construction.

Consulter les archives des nouvelles

24-02-2015

Recommandations pré-budgétaires 2015-2016

Renforcer l'économie de la région métropolitaine de Montréal

Montréal

À l'occasion des consultations pré-budgétaires menées par le ministre des Finances du Québec, monsieur Carlos Leitão, la Chambre de commerce du Montréal métropolitain a insisté sur l’importance de soutenir l’environnement d’affaires et la croissance économique de la région métropolitaine de Montréal.

Soutenir l’investissement privé et l’internationalisation des entreprises
« Le gouvernement a démontré qu’il était sur la bonne voie pour atteindre le déficit zéro en 2015-2016. Le prochain budget doit donc être celui du raffermissement de la croissance économique. Le gouvernement doit maintenant déterminer les mesures concrètes à prendre afin de stimuler l’investissement privé et l’internationalisation des entreprises. Il doit soutenir l’entrepreneuriat, notamment en modifiant la fiscalité, afin que la relève entrepreneuriale puisse bénéficier des mêmes avantages peu importe le choix du successeur. Il doit aussi renforcer l’internationalisation de nos entreprises, notamment en négociant un nouvel accord sur le commerce intérieur, et améliorer l’accès au marché américain », a déclaré Michel Leblanc, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

Avoir une fiscalité plus compétitive : revoir le mix fiscal et alléger le fardeau global
« Il est absolument essentiel d’assurer une fiscalité plus compétitive à nos entreprises. Nous réitérons qu’il faut revoir le mix fiscal afin que ce dernier soutienne davantage le travail, la productivité et l’investissement. Il faut ainsi baisser progressivement l’impôt sur le revenu des particuliers et les taxes sur la masse salariale afin de les rapprocher de la moyenne canadienne et privilégier une hausse de la taxe à la consommation et des tarifs publics. Une fois l’équilibre budgétaire atteint, le gouvernement doit réduire davantage le fardeau fiscal des entreprises et des particuliers », a souligné Michel Leblanc.

Assurer une main-d’œuvre disponible et de qualité : un enjeu de taille pour les entreprises
« Le gouvernement doit également augmenter la disponibilité de la main-d’œuvre qualifiée et compatible avec les besoins des entreprises. Il s’agit d’un enjeu crucial et prioritaire pour une économie comme celle de la région métropolitaine de Montréal, qui est basée sur le savoir et aux prises avec un vieillissement de sa population. Pour ce faire, il faut améliorer l’adéquation entre les besoins des entreprises et la main-d’œuvre disponible, renforcer la qualité de nos établissements d’enseignement supérieur et améliorer la sélection, l’intégration et la rétention des immigrants qualifiés », a ajouté Michel Leblanc.

Aller de l’avant dans les projets d’infrastructures stratégiques : bien identifier les priorités
« Le gouvernement doit miser sur les projets d’infrastructures stratégiques prioritaires pour la métropole. Ainsi, afin d’améliorer la fluidité des transports dans le Grand Montréal, il doit mettre en place des mesures préférentielles pour autobus, procéder au prolongement de la ligne bleue du métro dans les plus brefs délais et terminer l’implantation du SRB Pie-IX. Il doit également réaliser des projets routiers majeurs comme la reconstruction de l’échangeur Dorval et améliorer les accès routiers au port de Montréal par l’autoroute 25. De plus, la Stratégie maritime doit renforcer Montréal comme plaque tournante du transport et de la logistique, tout en développant un pôle économique autour des installations du nouveau CHUM », a poursuivi Michel Leblanc.

Renforcer la métropole du Québec : des pouvoirs et des sources supplémentaires de revenus s’imposent
« Enfin, nous avons insisté sur l’importance de renforcer Montréal en tant que métropole du Québec. La situation fiscale et structurelle actuelle pénalise la métropole et doit être corrigée. Il faut doter Montréal d’une plus grande autonomie et de sources de financement supplémentaires dans le cadre du projet de loi afin de fournir à Montréal un statut particulier de métropole », a conclu Michel Leblanc.

Les recommandations pré-budgétaires détaillées de la Chambre peuvent être consultées en cliquant ici.

Consulter les archives des nouvelles

18-02-2015

Marque de reconnaissance

Le siège social de la CCQ certifié LEED Or

CCQ

Le siège social de la Commission de la construction du Québec (CCQ) vient de recevoir la certification LEED pour les nouvelles constructions, niveau Or, se classant ainsi parmi les bâtiments verts les plus performants en Amérique du Nord.

Cette marque de reconnaissance convoitée lui a été délivrée par le Conseil du bâtiment durable du Canada, au terme d’une évaluation rigoureuse s’articulant autour de six grandes familles de critères : aménagement écologique des sites ; gestion efficace de l’eau ; énergie et atmosphère ; matériaux et ressources ; qualité des environnements intérieurs ; et innovation et processus de design.

Consommant 47 % moins d’énergie (assortie d’une réduction des coûts de 55 %) et 38 % moins d’eau potable qu’un bâtiment standard comparable, le siège social de la CCQ est le fruit de l’intégration de nombreuses stratégies et mesures durables.

Notons que la CMEQ a prit un virage écoresponsable l'an dernier, lors du 64e congrès au Mont-Tremblant. L'industrie est consciente des efforts à entreprendre pour traiter l'environnement avec soins.

Pour avoir plus de détails sur cette récompense faite à la CCQ, veuillez cliquer ici.

Consulter les archives des nouvelles