Mixité et construction : un cours pour mieux comprendre l’équation

Publié le

Entrevue avec Madame Jennifer Truchon, formatrice

Elle a dans la voix ce tonus, cette volonté musclée laissant l'impression qu'elle serait capable de radier des chantiers avec le cri de ralliement « HEY LES GARS! ». En fait, en entendant ce cran dans le ton, on se laisse convaincre sans peine que les femmes trouveront leur niche dans le milieu de la construction, où l'on entendra plutôt « HEY LES GARS ET LES FILLES! ». Car Jennifer Truchon, elle, y croit. C'est l'un des messages qu'elle diffuse lorsqu'elle donne le cours Sensibilisation à l'intégration des femmes au sein d'une équipe de travail. Elle ne rêve pas en couleurs, puisqu'elle a elle-même les pieds bien plantés dans l'industrie, à titre de maître électricienne. Et elle souhaite entraîner d'autres femmes dans son sillage.

« C’est magique, ce cours! »

Un cours? Magique? Rarement associe-t-on ce terme à une session de formation. Et pourtant, la formation de Fiers et compétents (qui portait jadis le nom Gestion d'une équipe mixte) a permis à certains participants de rectifier leur vision de l'intégration des femmes dans la construction. Des participantes ont même signalé qu'elles auraient sans doute abandonné leur métier si elles n'avaient pas suivi le cours...

Bien sûr, Mme Truchon s'est, elle aussi, heurtée aux commentaires sexistes. Elle précise que les préjugés à l'égard des femmes dans la construction émanent parfois des femmes...

Petit à petit tous ces préjugés mourront, même si c'est à petit feu, soutient-elle. C'est dans ce but qu'elle offre depuis 2015 ce cours de la CCQ aux membres de la CMEQ et autres intervenants de l'industrie. « Nous expliquons où en est le Québec dans l'intégration des femmes dans l'industrie, et quels pas il faut franchir ».

Il en faudra beaucoup, de ces pas; la route est encore longue. Ainsi, on compte deux fois plus de femmes que d'hommes qui quittent le navire cinq ans après leurs débuts dans un des métiers de la construction. « Les femmes font face à de la discrimination systémique. Le cours permet notamment de mieux comprendre la culture de l'industrie de la construction, d'identifier les préjugés qui y sont présents et surtout de trouver des solutions concrètes pour éviter les pièges nuisant à l'intégration des femmes », précise celle qui fut directrice générale et co-propriétaire de l'entreprise Synergica Électrique de 2005 à 2014.

À qui appartient la responsabilité de changer la donne?

Entrepreneurs, employés, syndicats et société ont tous un rôle à jouer, répond la formatrice. Rassurez-vous, le cours fournit les pistes et les outils qui sont nécessaires pour favoriser l'intégration des femmes. « Par exemple, les employeurs peuvent avertir leurs équipes qu'ils sont ouverts à embaucher des femmes et les employés, eux, peuvent faire savoir que leur employeur est ouvert d'esprit, notamment en parlant aux étudiantes du secteur de la construction. Tous sentent ainsi qu'ils détiennent un pourvoir », souligne-t-elle.

Professionnels de l'électricité, à vous de jouer!

Et une fois qu'on a la volonté d'intégrer les femmes? Pourquoi pas devenir mentor et inviter d'autres professionnels de l'industrie à suivre ses traces? ... À l'instar de Jennifer Truchon, la maître électricienne dont les convictions possèdent ce pouvoir de persuader que l'on pourra renverser la vapeur.

Pour plus d'information sur le cours Sensibilisation à l'intégration des femmes au sein d'une équipe de travail ou pour vous inscrire

 

 

Partager cet article

Cette page répond-elle à vos besoins?